eum

edizioni università di macerata

sottoscrivi Newsletter

Valuta: €

Carrello  

Non ci sono prodotti

0,00 € Spedizione
0,00 € Totale

Carrello Cassa

resep masakan >resep masakan Adi Sucipto News and Entertainment delicious recipe berita bola jual obral pojok game recept
Il Plutarco delle donne Mostra a grandezza intera

 
 

Informazioni

Il Plutarco delle donne

Repertorio della pubblicistica educativa e scolastica e della letteratura amena destinate al mondo femminile nell’Italia dell’Ottocento

Ascenzi Anna

eum dir

Disponibilità: disponibile

16,80 €

Prezzo ridotto!

-20%

21,00 €

Note sul testo

L’Ottocento rappresenta per molti versi il secolo nel quale il ruolo della donna e le problematiche connesse con la sua educazione e istruzione sono fatti oggetto di una vasta e multiforme pubblicistica, che non ha eguali nei secoli precedenti e che, per l’estrema varietà di approcci, di generi letterari, di riflessioni e scenari proposti rivela la vera e propria centralità accordata dai contemporanei a questo tema. Si tratta di opuscoli, trattatelli, ‘almanacchi’, ‘avvisi’ e ‘avvertimenti’ alle fanciulle e ragazze, strenne per giovinette, ‘plutarchi femminili’ e gallerie di donne celebri modellate sulla falsariga della letteratura self-helpista di stampo maschile, novelle, racconti, romanzi ‘morali’ e commedie destinate ai convitti e conservatori per fanciulle e giovinette o alla rappresentazione in ambito domestico, ‘galatei’ per signorine e manuali di varia foggia per giovani spose e madri di famiglia, ‘enciclopedie’ e altre pubblicazioni periodiche specializzate, nonché raccolte di letture e di biografie destinate, soprattutto a partire dalla seconda metà del secolo XIX, alle scuole e ai collegi ed educandati femminili. Il presente volume, oltre a fornire un organico repertorio della pubblicistica educativa e scolastica e della letteratura amena destinate precipuamente al mondo femminile (circa 1200 opere), approfondisce le caratteristiche e gli indirizzi di fondo di tale variegata produzione editoriale, collocandola nel più generale quadro della ridefinizione dell’identità e dei ruoli assegnati alla donna nella società italiana del secolo XIX.

Note sull'autore

Anna Ascenzi (Macerata 1964) è professore straordinario di Pedagogia generale e sociale presso la Facoltà di Scienze della Formazione dell’Università degli Studi di Macerata, dove dirige il Dipartimento di Scienze dell’educazione e della formazione. Ha pubblicato diversi volumi e numerosi contributi sulla storia della didattica disciplinare e dei libri di testo e sulla letteratura giovanile tra Otto e Novecento. È membro del Comitato scientifico internazionale della rivista «History of Education & Children’s Literature».

  • Autore/i Ascenzi Anna
  • Codice ISBN 978-88-6056-028-5
  • Numero pagine 216
  • Formato 14x21
  • Anno 2009
  • Editore © 2009 eum edizioni università di Macerata
Historie de l'education
Eum Redazione

di Mariella Colin, 127, juillet-sept. 2010

L'ouvrage d'Anna Ascenzi prend place dans la série d'études sur l'éducation et les lectures des jeunes fìlles et des femmes qui a été entreprise depuis plusieurs années par des historiennes italiennes, telles Simonetta Soldani, Ilaria Porciani, Simonetta Ulivieri et Carmela Covato. Ce volume offre un répertoire bibliographique de plus de mille deux cents titres de livres scolaires et éducatifs, auxquels s'ajoutent des livres d'agrément, publiés en Italie tout au long du XIX siècle à destination du public féminin. Le répertoire est précédé de deux essais: le premier propose une typologie des principaux thèmes et modèles de cette production, tandis que le second donne des indications sur la manière dont a été constitué le corpus, ainsi que des informations générales permettant de mieux situer l'ensemble. Le titre choisi — Il Plutarco femminile — reprend l'un des fìlons éditoriaux les plus en vogue pendant cette période: celui de la galerie de femmes célèbres qui, de même que les héros des Vies de Plutarque pour les garçons, sont proposées par les auteurs à l'admiration et à l'imitation des jeunes fìlles pour les vertus religieuses, morales et patriotiques dont elles ont fait preuve en tant que femmes et mères exemplaires.
Si l'on excepte les livres de piété et de dévotion, en nombre d'autant plus signifìcatif que la femme devient, au XIX siècle, la principale interlocutrice de l'Église, le but de cette production est avant tout moralisateur. Il doit être mis en relation avec la finalité invariablement assignée à l'éducation féminine d'un bout à l'autre de ce siècle: celle de former des épouses et des mères modèles. Malgré les différences d'opinion et de sensibilité des auteurs, qui varient selon les tendances philosophiques et idéologiques du siècle — du catholicisme conservateur au catholicisme libéral puis au courant laïque positiviste —, ils s'accordent généralement à dire que les jeunes fìlles doivent faire des études pour être les dignes compagnes de leur époux et bien éduquer leur progéniture, et non pas pour choisir une profession ou devenir savantes; si bien que les contenus frappent par leur homogénéité. Une partie importante de ces ouvrages sont anonymes; parmi les auteurs déclarés, qui, pour la plupart, appartiennent au monde de l’enseignement ou au clergé, les hommes sont de loin les plus nombreux, tandis que les auteurs féminins se multiplient dans les deux dernières décennies du siècle. Bon nombre d'entre eux ne sont pas italiens, mais étrangers; les œuvres traduites d'écrivains et de pédagogues français figurent au premier rang.
Pour constituer ce répertoire, Anna Ascenzi a utilisé comme sources les bibliographies historiques des ouvrages publiés au XIX siècle, ainsi que les répertoires spécialisés rassemblés par les historiens de l'édition. Le classement a été fait selon un doublé critère, par année d'édition et par ordre alphabétique, ce qui explique que de nombreux titres figurent plusieurs fois (en raison des rééditions). Les volumes ont été produits, dans leur immense majorité, par des maisons d'édition et des imprimeries de l'Italie du nord (selon un pourcentage qui va de 66 % à 75 %), suivie de l'Italie centrale (de 23 à 27 %] puis, à bonne distance, de l'Italie méridionale (7 %); Milan, Turin et Florence sont les villes les mieux représentées.
Ce répertoire est complété par plusieurs index, qui regroupent respectivement les auteurs, les lieux d'édition, les imprimeries et les maisons d'édition ainsi que les collections, ce qui permet une consultation ciblée. Anna Ascenzi met ainsi à la disposition des chercheurs un instrument de travail très utile.

 
Pagina:1